Saunderson a rendez-vous avec Wanda

Marcus entre en scène

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

3 commentaires

baphea a dit :

Salut,

je trouve qu'il y a énormément de boulot dans ce que tu nous présentes, par contre, des choses me dérangent depuis longtemps que j'ai fini par trouver, exprimés ici : “On appelle cela l’uncanny valley, la vallée dérangeante : plus on s’approche d’un humain parfait, plus il est repoussant, tel un zombie sans âme.” Dans la source citée ci-après: http://www.20minutes.fr/article/764116/rango-animation-3d-z

30 juil. 2011

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Je cite intégralement ta référence parce qu'elle est fort intéressante (et je te remercie de m'avoir signalé çà :

"Le mur infranchissable du photoréalisme :

La poussière dans les ruelles de Dirt, la sueur sur le pyjama de Rango ou certains éclairages approchent un réalisme saisissant. Mais les personnages restent des animaux. « Il est plus facile de provoquer l’empathie avec des créatures qu’avec des humains », explique Maia Kayser, en charge de l’animation. « On appelle cela l’uncanny valley, la vallée dérangeante : plus on s’approche d’un humain parfait, plus il est repoussant, tel un zombie sans âme. » Franchira-t-on ce cap ? « Possible mais pas garanti », conclut l’informaticienne."

30 juil. 2011

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Il y aurait tant et tant de choses à commenter dans ta remarque dont je te remercie :

1) Je ne cherche pas le photoréalisme. Je travaille sur des pages de 3000 par 4000 pixels qui subissent un post traitement dans photoshop qui en ruine le photo réalisme. Je les tire en 30 cm par 40 cm dans un labo photo pour ma délectation personnelle et pour permettre à quelques lecteurs voisins d’avoir une lecture « papier », « physique ».

2) Ce post traitement n’apparaît pas sur webcomics puisque les 3000 pixels de largeur sont réduits à 1000. La réduction « récupère » en quelque sorte le photoréalisme.

3) On peut avoir une idée approchée de ce post traitement en regardant Lola, l’image balise située à la toute fin du tome 1.

4) Le réalisme que je cherche serait « poétique » ou « dramatique » ou « symbolique ». Bref, du réalisme avec quelque chose en plus.

5) Tu m’objecteras avec raison que je pourrais faire un effort et proposer dans un format webcomics de 1000 par 1333 mes pages avec ce post traitement.

6) Je pourrais répondre que, par paresse, je n’ai pas envie d’aligner mon format de travail sur mon format de diffusion..

7) Tu objecterais alors avec raison que ce travail supplémentaire ne serait pas trop chronophage.

8) Forcé dans mes retranchements, je finirais peut être par avouer que ce malentendu me conviens parfaitement.

9) Pourquoi, dirais-tu ?

10) En effet, pourquoi retenir ces effets qui « graphisent » la 3D et lui permettrait (peut être) de rejoindre la BD, la vraie, la dessinée ? Pourquoi consentir au fond à ce que le format de diffusion occulte un certain travail sur l’image ?

11) Peut être parce qu’au fond du fond cette esthétique qui ne me convient pas totalement consonne avec les questions sous-jacentes au scénario que je mets en image. Tu verras bientôt paraître dans le laboratoire de Silius des robots aux visages charmants mais assurément sans âme, un esprit dissocié du corps qui part en quête de traces du passé, une personnalité ( ?) complètement recomposée formée avec ces traces, des immortels qui « crèvent » de ne plus avoir de corps depuis trop longtemps, une âme naître (peut être) dans un corps d’androïde, et bien d’autres choses …

12) Mon site natif, celui où je travaille, c’est bien l’uncanny valley, le zombie sans âme, c’est bien mon thème de prédilection. Qu’est-ce qu’une personne ? Quand y a-t-il encore quelque chose comme une personnalité ? A partir de quel degré de bricolage avec des stéréotypes, des clichés, des idées reçues, des lieux communs, des bribes de motivation, des morceaux de fantasmes, des petits bouts de désir, un embryon de personnalité apparaît ? Je te conseille la lecture d’Adorno : Minima moralia, réflexions sur la vie mutilée. Mais lui fait de la philosophie et moi, modeste apprenti, de la bande imagée.

13) Coïncidence marrante : je viens d’écrire 4 pages d’une « conversation entre un zombie et une fugitive ». Je fais des essais de mise en image. Et pour ça, j’ai un chouette zombie et une chouette nana cela va sans dire …

14) Considère enfin, cher baphea, chaque page de ma BD comme une carte postale envoyée de cette uncanny valley !

15) Et bonne lecture !

30 juil. 2011

Poster un commentaire :