Saunderson a rendez-vous avec Wanda

Saunderson sans parachute

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

4 commentaires

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

« Uncanny valley » : depuis que j’ai découvert cette expression dans le commentaire de Baphea (cf page précédente), elle me trotte dans la tête.

On peut préciser la notion en lisant la notice dans wikipédia et l’article d’un site qui s’appelle L’Ouvreuse consacré au cinéma.

Pour résumer ce que j’ai appris :

L’expression « uncanny valley » a été proposée en 1970 par un roboticien japonais (Masahiro Mori). Mori observe les réactions des êtres humains aux robots. Il remarque que ces réactions peuvent être symbolisées par une courbe divisée en 3 tronçons.

D’abord, la sympathie éprouvée à l’égard des robots croit très régulièrement à mesure que leur apparence ressemble de plus en plus à celle des humains. A l’égard d’un bras articulé chargé de peindre des carrosseries dans un atelier automobile, la sympathie est nulle. Mais devant un robot structuré comme un humain (2 bras, 2 jambes, etc, même sommaires) la sympathie croit. Et plus l’apparence humanoïde augmente plus la sympathie augmente. La courbe monte en pente douce.

Jusqu’à un certain seuil. Et là commence le second tronçon de la courbe. A partir d’un certain degré de ressemblance associé au constat que demeure un ensemble de petites différences, le malaise s’installe dans l’esprit du spectateur et la sympathie décroît brusquement. La courbe s’infléchit brusquement et creuse le premier versant, le versant descendant de l’ « Uncanny valley ».

Ensuite, troisième temps, la sympathie regagne du terrain au fur et à mesure que les petites différences résiduelles qui engendraient le malaise sont gommées par de nouveaux progrès de la robotique en direction de l’anthropomorphisme. C’est le second versant de l’Uncanny valley, le versant remontant.

L’uncanny valley, au sens strict, c’est donc ce creux dans une courbe (qui évoque effectivement le profil d’une vallée dessiné au trait) qui mesure la réaction négative des humains regardant des robots anthropomorphes.

Le creux de la vallée est plus ou moins profond selon que l’on observe des robots en mouvement ou des robots plus statiques. On peut d’ailleurs en déduire que le malaise éprouvé par le spectateur provient essentiellement d’un contraste entre une apparence anthropomorphique et des mouvements mécaniques, incomplets, inadéquats qui dénoncent l’inhumanité du robot. Mais d’autres traits peuvent le provoquer. Par exemple lorsqu’on serre une main artificielle qu’on croit vivante parce que parfaitement ressemblante et qu’on ressent au toucher sa froideur …

A noter quand même que pour certains la théorie de cette uncanny valley est largement conjecturale puisqu’on n’a pas encore été capable de construire des robots relevant du versant remontant de la vallée…

Laissons la robotique. Ce qui nous intéresse, nous, c’est que cette notion, créée dans le cadre de la robotique, a été transposée dans celui du film d’animation, des jeux vidéo à base d’images de synthèse et, par conséquent, pourrait l’être au monde des images fixes issues des logiciels 3D (Poser ou autres).

Au cinéma, le malaise serait engendré par des personnages de synthèse visuellement réalistes mais maladroitement animés. Animation déficiente qui relèverait de séances de « motion capture » trop grossières. C’est toujours le mouvement qui serait en cause. D’où la référence aux zombies, visuellement humains (quoique pas très frais …) mais cinétiquement machiniques.

Transposé dans le domaine de l’image fixe issue de logiciels 3d, le malaise pourrait là encore résulter de mouvements mal rendus par des poses mal articulées. Mais aussi d’une apparence qui réfère plus aux figures de cire, aux poupées en celluloïd ou aux marionnettes à tête de porcelaine.

Pour vaincre le malaise, il « suffirait » de corriger les poses, d’appliquer un post traitement, d’améliorer l’éclairage et l’intégration du personnage au décor.

C’est du moins comme cela que j’interprète la remarque de Baphea. A lui de me corriger si je me trompe.

J’en termine avec cet aspect négatif de l’uncanny valley. Parce qu’en somme, tout cela ne casse pas 3 pattes à un canard. Avec beaucoup de travail et d’application et aussi un peu d’art, les images 3D sortiront de l’uncanny valley et même un Baphea finira par y adhérer.

Mais, à mes yeux, l’uncanny valley ne relève pas seulement du négatif, de la faute à corriger. L’œuvre d’art, même modeste peut se proposer d’apporter des nouvelles dérangeantes sur un monde dérangé. « Tales from the uncanny valley » : voici un titre qui pourrait rassembler ces nouvelles sous la forme d’histoires courtes. Et pour réfléchir à ça, je partirais peut être de cette info pêchée là encore dans wikipédia : uncanny traduit en anglais le mot allemand Unheimlich, titre d’un essai de Freud : « l’inquiétante étrangeté ».

Alors les « tales from the uncanny valley » qui agitent un tantinet mon cerveau depuis une semaine pourraient être traduits par : « contes de la vallée de l’inquiétante étrangeté ». Je sais pas vous, mais moi, un titre comme ça, ça m’accroche, ça m’interpelle …

Mais je développerai la semaine prochaine.

4 août 2011

OliveRdragon a dit :

Interressant cette explication de “l'uncanny valley”, même si je n'ai jamais rien ressenti de tel devant un bras robotisé ^^

Concernant l'aspect plus artistique, il est vrai que les webcomics fait sur poser ont un aspect comment dirais-je…plus statique peut-être? La ou le dessiné main ou digital permet de developper une multitude de styles, d'exagerer les personnages et ainsi rendre plus “vivante” une oeuvre dans le sens ou elle offrira generalement de nouvelles decouvertes “visuelles” au lecteur. Ce que, à mon sens, Poser ne permet pas vraiment…

Après, d'autres effets compensent ce manque et l'aspect 3D à d'autres charmes (qui font que je ne suis pas entièrement revulsé par ce rendu). Et puis, les graphismes ou le rendu ne font pas tout dans un webcomic même si souvent, la première impression (qui determine si l'on lira ou non la suite) peut en dependre.

4 août 2011

Nada a dit :

My god je viens de poster un com et il à disparu!!!! Bon je disais que la remarque de Baphéa était très intéressante et quelle ouvrait une piste qui mérite d'être explorée pour justement créer ce malaise….le titre que tu propose est plein de promesses…….

5 août 2011

Un visiteur (JBC) a dit :

Les remarques d'OliveRdragon sont très équilibrées. J'y souscrit.

Une lectrice m'ayant fait remarquer le caractère un peu statique des poses des porte-flingues de Wanda, je me dois de préciser qu'il s'agit de robots humanoïdes dont Wanda a un usage assez polyvalent …

Quant à découvrir certain usage de ces robots, il te faudra, lecteur, un peu de patience!

7 août 2011

Poster un commentaire :