The game

Voler, c'est encore mieux à plusieurs !

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

4 commentaires

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

J’ai lu un drôle d’ouvrage « Je détruirai toutes les planètes civilisées », une anthologie d’histoires courtes datant des années 1939 – 1941 écrites et dessinées par Fletcher Hanks.

Si ça n’avait pas été publié par les éditions de l’an 2 et préfacé par thierry Groensteen – un théoricien de la BD à la solide réputation de sérieux – j’aurais parié pour un canular, un faux fabriqué aujourd’hui, par exemple scénarisé par Pierre La Police, dessiné par Martes Bathori !

Hanks raconte les exploits de Stardust, un extraterrestre qui protège la terre et de Fantomah, une super-héroïne qui protège la jungle.

Qu’est-ce qui rend ces récits tellement loufoques, étranges qu’on en vient à douter qu’ils aient pu être « assumés » par un auteur qui bossait à la fin des années 30 dans l’industrie toute naissante des comic books ?

C’est un peu comme si Hanks avait compris – dès 1939 ! - les codes qui allaient régir les histoires de super héros depuis l’invention de Superman en 1938 jusqu’à nos jours et qu’il avait décidé de les railler, de les subvertir en les outrant jusqu’au ridicule.

Ainsi, Stardust est carrément et sans rire « l’homme le plus remarquable de tous les temps » tandis que Fantomah est « la femme la plus remarquable qui ait jamais vécu ».

Stardust habite dans une « étoile privée », dans son « laboratoire de détection du crime » il capte une « télévision super-interplanétaire » qu’il peut également regarder sur des unités miniaturisées qui tiennent dans le creux de la main, il possède un « enregistreur de pensées », il observe la terre à distance grâce à une « unité de concentration panoramique », il traverse l’espace dans un « tubulaire spatial transparent » à une « vitesse terrifiante » sur des « ondes super solaires accélérées », il a pour armes des rayons « à fusion », un « rayon désintégrateur », « un rayon anti gravité » et un autre, « suspensif » celui-là ! On peut y ajouter des « pouvoirs mentaux » paralysants …

Fantomah est une magicienne dotée d’une « vision phénoménale ». Le cœur de sa puissance, c’est sa volonté, il suffit qu’elle veuille suffisamment fort pour lancer « des ondes mentales destructrices », soulever tout ce qu’elle souhaite et voler « aux quatre coins de la jungle » sur ses « ondes mentales concentrées ». Quand elle combat le mal, son joli visage inexpressif se transforme en affreuse tête de mort

Les super vilains ne sont pas en reste ! Ils sont super méchants et leurs projets destructifs ne connaissent pas de limite. Il y a celui qui ne veut rien moins que détruire toutes les planètes civilisées ! Pourquoi ? « Grâce à moi l’univers redeviendra sauvage et primitif ! » Il y a cet autre qui veut stopper la rotation de la terre pour supprimer la gravité et envoyer tous ses habitants dans l’espace … Pourquoi direz-vous ? On ne sait pas trop … Il dit seulement, après avoir tué ses deux complices : « à présent tout m’appartient ! » Plus prosaïquement, d’autres veulent accaparer ou détruire « toute la richesse d’Amérique », piller en une seule fois toutes les banques de New York … Avec ceux qui veulent « mettre un terme à la démocratie et à la civilisation à jamais », le niveau de méchanceté remonte de plusieurs crans ! Il y a ce « savant fou » surnommé « le démon » qui trouve – déjà – qu’il « y a trop de gens sur la terre » et qui va « détruire toutes les grandes villes » ! Et ainsi de suite. Outre de folles ambitions, la laideur marque tous les méchants : visages bestiaux reflets d’une psyché infiniment vile, égoïste, criminelle. On se trouve donc devant la mise en scène d’un manichéisme puéril (au sens propre : celui des enfants qui organisent des combats entre deux figurines, l’une qui incarne le mal, l’autre qui incarne le bien), d’un affrontement poussé jusqu’à l’épure entre un héros qui dégouline de bonté et un vilain qui suinte de méchanceté pure.

L’issue est évidemment connue d’avance, l’échec des méchants est inévitable, Hanks ne cherche pas à mettre en scène une lutte avec des rebondissements, un quelconque suspense. Dès que Stardust ou Fantomah paraissent, les méchants sont foutus. Par contre, ce qui intéresse Hanks, c’est leurs châtiments. Il y consacre toujours de nombreuses cases et imagine des punitions raffinées en rapport avec les forfaits commis. Là encore, il y a quelque chose d’enfantin dans l’imagination de Hanks. On pense à ces moutards cruels qui démembrent des mouches ou dissèquent des grenouilles. Il y a du plaisir sadique dans ses châtiments ! Justesse de la formule de Pascal à propos de Stardust : « qui veut faire l’ange, fait la bête ». Le principe de bonté se renverse en son antithèse bestiale. Il y a aussi du médiéval dans cette imagination trop féconde lorsqu’il s’agit de concevoir des punitions ! C’est l’Enfer de la Divine comédie, version bouffonne …

A propos de Fletcher Hanks, on a parlé du « douanier Rousseau des comics », on a évoqué l’art brut tant ses scénarios, textes et dessins s’écartent du bon goût, du bon sens, de la norme. On pourrait aussi aller du côté d’Ubu et de Jarry. En vain. On cherche à comprendre et on échoue. Les concepts ordinaires se refusent à penser ce type de production. Ça fuit de partout …

Quelques articles sur Internet : Du9 : http://www.du9.org/chronique/je-detruirai-toutes-les-planetes/ ActuaBD : http://www.actuabd.com/Je-detruirai-toutes-les-planetes-civilisees-Fletcher-Hanks-Actes-Sud-L-An-2 Et le meilleur, Neuvième Art 2.0 : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article42&artsuite=0

Et surtout, un lien vers le Digital Comic Museum où sont scannés les originaux : http://digitalcomicmuseum.com/preview/index.php?did=11375&page=1

Bonne lecture !

26 avril 2013

Nada a dit :

Tank you JBC très instructif tout ça!!!!

26 avril 2013

Mosc a dit :

Ça fait un petit moment que je lis ce webcomic, et n'ai pas laissé de commentaires jusque là… Pas bien, je sais !… Ce n'est pas facile, de rentrer dans ces pages… même après avoir lu le premier tome, et relu les passages les plus bavards… Sans compter les commentaires de l'auteur ! Mais il y a clairement un univers, ici. Une cohérence, difficilement perceptible au début. Je ne sais pas encore comment tout va finir. La petite bande sera-t-elle réunie bientôt ? Le retour à la “réalité” sera-t-il facile ? Comment sera la confrontation, inévitable, entre Saunderson et ses compagnons, Wanda et le prof ?

Point de vue graphique, l'emploi de poser est réussi ici. Comme quoi, quel que soit l'outil, c'est à l'utilisateur de donner de la personnalité et d'apporter sa “patte”. Au moins, tu oses tout, des plans originaux, des couleurs confinant par moment au psychédélique - comme les vapeurs dans cette page-là, des planches parfois plus obscures, des onomatopées qui détonnent avec le reste. Les filles, bien que stéréotypées, ont des traits bien à elles et sont facilement différentiables.

Allez, plus qu'à guetter, chaque semaine, chaque page qui fait petit à petit avancer les choses…

28 avril 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Merci Mosc.

De ton commentaire, je retiens surtout le “tu oses tout”. Ce long “Paradoxe” est effectivement un chantier dans lequel j'essaie de rompre avec mes habitudes, de faire bouger cases, mise en page, éclairage, couleur, etc … C'est loin d'être gagné et je retombe souvent dans la facilité, la banalité, les choses ternes et insipides …

Mais, si tu es patient et toujours fidèle au poste, je crois que tu verras quelques bonnes pages qui te surprendront et qui, peut être te plairont.

28 avril 2013

Poster un commentaire :